Bohol : entre plongées à Panglao et virée en scooter

Fin de journée à Danao Beach sur l’île de Panglao

La plupart du temps, quand on visite un pays, on essaie d’éviter les endroits les plus touristiques. Sauf que parfois, en faisant comme ça, on a peur de passer à côté de quelque chose d’ « immanquable ». Alors on a décidé de mettre Bohol (Panglao pour être précis) au programme de notre voyage aux Philippines, surtout pour aller plonger à Balicasag. Si tout le monde parle de cette île comme d’un des plus beaux endroits pour plonger aux Philippines, on ne peut pas passer à côté…

Au-delà de ça, sur le papier, l’île de Bohol c’est aussi les Chocolate Hills et les petits tarsiers, si mignons avec leurs immenses yeux. Ca serait bête de louper ça aussi… Passer à côté de Bohol, ça aurait été ne jamais savoir de quoi on parle vraiment quand on parle de Balicasag, des Chocolate Hills, et des petits tarsiers.

On a passé une semaine à Panglao, en évitant Alona Beach, bien trop festive et déjà saturée à notre goût. En s’y prenant à la dernière minute pour réserver, on a trouvé une petite guesthouse sympa à 5 minutes à pied de la plage de Danao Beach et du centre de plongée avec lequel on avait prévu de plonger, Equation Bohol.

Les plongées autour de Panglao

Avec Equation Bohol

Ca faisait longtemps qu’on suivait Equation sur les réseaux sociaux, à l’époque de notre Divemaster, on rêvait d’aller le passer aux Philippines 🙂 Quand on a su qu’on allait plonger à Bohol, on ne sait pas vraiment posé la question du centre avec lequel on allait plonger. En plus Equation Bohol est tenu par un couple de Français, Jérôme et Carol. Ca allait nous faire une petite pause dans nos conversations en anglais.

Directement sur la plage de Danao et avec un accès direct à l’océan, le centre ne peut pas être mieux situé. L’organisation est au top, tout le matériel est monté sur le bateau avant que les plongeurs arrivent. On a été agréablement surpris de voir que tous les guides sont PADI Divemaster, un sacré gage de qualité et de sécurité pour les clients qu’on a rarement vu en Asie. Sous l’eau, on n’a jamais été plus de 4 plongeurs par guide et on a même eu la chance d’avoir un guide pour nous tout seul pendant 2 jours.

Le centre de plongée est très populaire auprès des Français et l’agenda des plongées nous a paru se remplir vite, il vaut mieux les contacter pour réserver vos plongées en avance, surtout si vous voulez être sûrs de pouvoir plonger à Balicasag. En 4 jours de plongée, on a à chaque fois découvert des sites différents.

Bon ça n’a rien à voir avec la plongée, mais on est obligés de parler de la terrasse d’Equation Bohol. La vue sur l’océan est magique pour prendre son petit-déjeuner avant de partir plonger (avec du bon pain frais, de la confiture faite maison et un PAIN AU CHOCOLAT !!) et le soir, l’endroit est parfait pour admirer le coucher du soleil en buvant un bon cocktail. L’ambiance est sympa, les boissons sont pas chères… On était au rendez-vous tous les soirs 🙂

Balicasag

Plonger à Balicasag, c’était clairement notre priorité en venant à Bohol. Autant vous avouer qu’on était au taquet quand on est arrivé à Equation Bohol pour nous présenter et réserver nos plongées. Et bien on a bien failli ne jamais voir Balicasag ! Carol nous a expliqué qu’un quota strict de plongeurs par jour est en vigueur, pour préserver la nature autour de l’île. Et vu le nombre de centres de plongée à Panglao, les places sont vite prises… Heureusement, Carol a réussi à nous mettre sur le bateau, nous avons eu les 2 dernières places. Ouf.

Balicasag a été tellement victime de sa réputation que les baptêmes de plongée y sont carrément interdits. Pour les non plongeurs, il est par contre possible d’y aller pour y faire du snorkeling. Et vu le nombre de bateaux et de gilets de sauvetage qu’on a vu, le commerce est juteux.

Nous avons plongé sur les sites de plongée Cathedral et Black Forest. Les tombants foisonnent de vie, ça « grouille » de partout. La visibilité est parfaite, pas de courant. On a croisé une ou deux tortues. Mais pour être honnêtes, on n’a pas été subjugués. La faute à trop d’attentes par rapport à la réputation du lieu, et à un peu (beaucoup) de malchance aussi. Parce qu’à Balicasag, on peut y croiser le requin baleine. Et là, on aurait trouvé Balicasag beaucoup plus sympa 🙂

Les sites de plongée autour de Panglao

Finalement la surprise est venue des sites de plongée autour de Panglao, où on s’est franchement bien amusés. Arco Point et Danao Wall sont de très belles plongées sur tombants où on peut trouver pas mal de nudibranches, des scorpions fishes (poisson scorpion), de magnifiques ornate ghost pipefishes (poisson-fantôme orné), et même des Spanish dancers (nudibranche danseuse espagnole).

D’autres sites sont très sympa pour les amateurs de macro. Sur le site de plongée BBC, on trouve carrément des épaves de Jeep (volontairement coulées) !

Un peu plus loin d’Equation, à l’ouest de Panglao, les sites de Doljo Point et Doljo Garden sont très beaux, avec des tombants et des coraux en bonne santé, et surtout des gorgones de plusieurs mètres de large, comme on n’en avait jamais vues. On est tombés sur pas mal de frog fishes (poisson crapaud) pendant ces 2 plongées. Le requin baleine passe par Doljo parfois !

Subjectivement, Panglao est pour nous la destination idéale pour ceux qui veulent découvrir la plongée en faisant un baptême, ou pour ceux qui ont envie de passer leur PADI Open Water ou leur Advanced. Les sites de plongée ne sont pas loin, les conditions de navigation sont calmes, le courant paraît la plupart du temps inexistant ou très léger, et on retrouve toute la faune aquatique exotique. Des conditions de découverte et de formation parfaites.

Caisson hyperbare le plus proche

Le caisson hyperbare le plus proche est à Cebu. La plongée n’est malheureusement pas sans risque et il est toujours plus prudent de s’assurer avant de partir se mettre à l’eau, que ce soit à côté de chez soi ou à l’autre bout du monde. Nous ne pouvons que vous conseiller de vous assurer avec DAN, qui est pour nous l’organisation médicale la plus à même d’assurer les plongeurs. Exclusivement spécialisée dans la plongée, elle est présente dans le monde entier et les médecins qui portent assistance sont spécialistes des urgences liées à cette activité.

Notre hôtel à Danao Beach : le Pahiluna Guesthouse

On s’y est pris un peu à la dernière minute pour réserver notre logement, et on a bien eu du mal à trouver un hôtel à distance raisonnable à pied de la plage de Danao et qui rentre dans notre budget. On a fini par réserver au Pahiluna Guesthouse.

D’après le site internet de l’établissement, le bâtiment principal est assez récent (juillet 2017) et on a bien vu que la construction de la guesthouse était toujours en cours. Malheureusement, on a trouvé les prestations un peu timides pour un début. La chambre est lumineuse et possède une climatisation dernier cri, super efficace et silencieuse. Mais à part ça, la chambre n’est franchement pas fonctionnelle. Il n’y a quasiment pas de rangement pour sortir ses affaires de son sac, rien de prévu pour faire sécher son linge de toilette. La chambre a un balcon qui paraît très agréable mais il n’est pas du tout aménagé. Il y a bien une lampe de chevet de chaque côté du lit, mais il y a une prise que d’un côté, et pas de rallonge de l’autre… La chambre est nettoyée sur demande uniquement. Pour 2000 PHP on ne peut pas demander la lune, mais on a plutôt été surpris de ce qu’on a trouvé pour un établissement tout nouveau… La connexion WiFi proposée gratuitement dans la chambre était franchement mauvaise, comme dans tous les hôtels qu’on a fait en fait. A Danao, d’une manière générale, même la connexion avec nos cartes SIM locales n’était pas terrible…

Mais nous y avons quand même trouvé notre compte. La gérante du Pahiluna et la femme qui paraît être son assistante sont toutes les deux adorables et ont été très efficaces à chaque fois qu’on a fait appel à elles, que ce soit pour la location d’un scooter qu’on a eu en moins de 10 minutes ou pour laver notre linge qu’on a reçu en retour en moins de 24 heures (150 PHP pour environ 1 kilo d’habits).

La guesthouse n’est qu’à 5 minutes à pied de la plage de Danao et du centre de plongée Equation Bohol, et à 10 minutes en tricycle/scooter d’Alona (100 PHP par trajet en tricycle). Il n’y a pas beaucoup de restaurants autour de la guesthouse. Pour manger le midi et le soir, on ne s’est pas cassé la tête. Comme on n’avait pas de scooter, on mangeait la plupart du temps au restaurant du Linaw Beach Resort, l’hôtel à côté d’Equation Bohol. On y mange les pieds dans le sable, directement sur la plage de Danao (environ 350 PHP par personne), et leur kinilaw est visiblement le meilleur de l’île.


Booking.com

Virée en scooter : direction les Chocolate Hills et Corella, pour voir les tarsiers

On a profité de notre journée « au sec », indispensable pour faire sécher notre équipement de plongée, pour louer un scooter et aller voir les fameux must see de Bohol: les Chocolate Hills et les tarsiers.

Le Philippine Tarsier Sanctuary de Canapnapan, l’unique sanctuaire « officiel »

Le tarsier est un primate tout mignon. Son corps est à peine plus grand qu’une paume de main, et ses yeux sont énormes, totalement disproportionnés par rapport à sa tête. C’est un animal nocturne, qui vit perché dans les arbres. Sa particularité ? Il est très peureux, et même suicidaire. Trop de bruit, de lumière ou de contact physique avec les hommes peut le mener à une situation de stress, qui peut à son tour le mener au suicide. L’espèce est en danger: les zones de forêts diminuent à vue d’oeil et il a été pendant longtemps chassé et utilisé comme animal de compagnie…

Aujourd’hui, tout le monde veut voir le tarsier en venant à Bohol. Le bon filon s’est fait sentir et la plupart des agences, des guides et des chauffeurs s’arrêtent au Tarsier Conservation Area à Loboc, idéalement situé sur la route des circuits traditionnels, en direction des Chocolate Hills et tout près des excursions sur la rivière Loboc. Sauf que visiblement cet endroit n’aide en rien à la préservation de l’espèce, c’est juste un mini zoo consacré au tarsier dans lequel on pousse tous les touristes. Nous sommes passés devant en scooter par hasard et on a cru passer devant un parc d’attraction. Le parking était littéralement rempli de mini-bus, il y avait vraiment un monde fou…

Si vous souhaitez voir le tarsier en étant sûr qu’il est traité correctement, c’est au Philippine Tarsier and Wildlife Sanctuary qu’il faut aller. Géré par la Philippine Tarsier Foundation, le sanctuaire ne se situe pas à Loboc mais à Canapnapan, à côté de Corella.

Pour 50 PHP, on entre dans la partie fermée du sanctuaire et on peut observer quelques tarsiers, bien entourés par des membres de la Fondation, qui s’assurent que les visiteurs ne s’approchent pas trop près des primates ou n’utilisent le flash de leur appareil. Le silence est également de mise, mais malheureusement rarement respecté par la plupart des touristes… Les tarsiers sont censés se reposer la journée pour pouvoir être actifs la nuit. On a pu voir 4 ou 5 tarsiers différents. Il faut compter entre 30 et 45 minutes sur place, en prenant son temps.

Depuis Danao Beach, nous avons mis environ 1 heure 30 de scooter pour arriver au sanctuaire (pour trouver la route, on a utilisé le GPS hors connexion de l’app Nokia Here sur nos téléphones). Il est 11 heures, il fait beau, et chaud. Direction les Chocolate Hills.

Les Chocolate Hills, sous un soleil de plomb

Depuis Corella, il faut compter encore environ 1 heure 30 de scooter pour arriver aux Chocolate Hills. On est donc arrivés en bas de notre montagne en chocolat à 12h30, l’heure à laquelle il fait le plus chaud, et à laquelle la lumière est la moins bonne pour les photos. On est super forts parfois ! La colline est différente de celle où tout le monde se rend. La vue paraît moins impressionnante que depuis le point de vue « officiel » mais au moins nous avions l’endroit pour nous tout seul 🙂

La matinée a été clairement éreintante pour les petites natures que nous sommes. Les 3 heures de scooter au soleil, l’ascension de notre colline, et le retour sur le scooter sans trouver un petit coin pour s’arrêter boire un coup et manger un morceau dans les environs ont eu raison de nous. Et nos fesses réclamaient un peu de confort. Nous sommes donc directement rentrés à Danao Beach, via Loboc. Le trajet nous a pris 2 bonnes heures. Heureusement, on est arrivés juste à temps pour aller voir le coucher de soleil avec une San Miguel bien fraîche sur la terrasse d’Equation Bohol.

Nous avons loué notre scooter 500 PHP pour 24 heures directement auprès du Pahiluna Guesthouse. Le plein d’essence nous a coûté 100 PHP.

Comment se rendre à Panglao et à Danao Beach ?

Bohol fait partie des destinations les plus populaires aux Philippines. Tout est fait pour que l’île soit extrêmement facile d’accès. Tagbilaran est la principale porte d’entrée de l’île. On peut y atterrir directement depuis Manille, ou prendre un ferry si on se trouve déjà dans les Visayas. Depuis Cebu par exemple, il y a au moins 20 départs de ferry par jour en direction de Bohol, rien qu’entre OceanJet et SuperCat 2GO Travel. Le billet nous a coûté 500 PHP par personne depuis Cebu, et 50 PHP par sac, en Tourist class avec OceanJet.

Une fois à Tagbilaran, on trouve n’importe quel moyen de transport à la sortie du port. A vous de décider si vous prenez un tricycle, un taxi, ou si vous marchez un peu pour trouver une jeepney. Tout dépend de la distance à parcourir. Pour aller de Tagbilaran à notre guesthouse de Danao Beach, on a arrangé en avance un taxi pour 600 PHP et le trajet nous a pris environ 45 minutes. Les prix sont toujours artificiellement gonflés pour les touristes et il est généralement possible de faire baisser les prix de 100 ou 200 PHP, en fonction de ses talents de négociateurs.

Et si c’était à refaire ?

On a bien aimé ces quelques jours à Bohol. Après une semaine « loin de tout » à Sogod Bay, ça nous a changé d’ambiance. Mais l’île est vraiment envahie par les touristes (dont nous avons fait partie c’est vrai) et une semaine nous a suffi pour ce que nous voulions faire sur l’île. Si c’était à refaire, nous aurions raccourci notre séjour de 2 jours pour partir plus tôt à Siquijor, où on s’est senti beaucoup plus dans notre élément.

Notre budget

  • Un repas nous a coûté en moyenne (boissons comprises, pour 2) : 700 PHP
  • Une nuit d’hôtel nous a coûté en moyenne : 2000 PHP
  • Une plongée nous a coûté en moyenne (sans location) : 1400 PHP (site local) et 1800 PHP (Balicasag)
  • La location d’un scooter nous a coûté (pour 24 heures) : 500 PHP

Notre avis

  • Panglao (Bohol) pour la plongée : ★★★✩✩
  • Panglao (Bohol) pour les activités terrestres : ★★★★✩

Articles similaires

Laissez un commentaire, ça nous fait plaisir !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.