Le détroit de Lembeh, paradis de la muck dive

Poissons clown à Lembeh

Le détroit de Lembeh, situé en Sulawesi du Nord, en Indonésie, est connu pour être le plus beau spot de muck-dive au monde. Rien que ça. Et en plus, c’est facile d’accès. Depuis Manado (à 3 heures d’avion de Jakarta), en deux petites heures, vous y êtes. Souvent combiné avec un séjour à Bunaken, le détroit de Lembeh est une des destinations les plus connues dans le monde des plongeurs. Ses fonds plats et son sable noir en font un terrain de jeu parfait pour une faune aquatique aussi étrange que variée. Certains accros de la photo macro ne peuvent s’empêcher d’y retourner, année après année.

Nous avions un à priori sur la muck dive. En lisant ça et là des articles sur internet, nous nous imaginions plonger au-dessus de la vase à la recherche de créatures minuscules. Un truc pas très sexy. Et puis… Nous avons décidé de nous faire notre propre opinion sur le sujet. Direction le détroit de Lembeh pour voir à quoi ça ressemble vraiment, la muck dive! Et une chose est sûre, nous n’avons pas été déçus du voyage!

Quand l’imagination devient indispensable pour survivre

Si vous avez l’habitude de plonger dans les eaux tropicales, vous avez déjà sûrement remarqué où les poissons ou autres poulpes ont l’habitude de se cacher: dans les coraux.

Le problème, dans le détroit de Lembeh, c’est qu’il n’y a pas de coraux. Pour se cacher, pour se défendre, il faut trouver une autre solution. Où peut-on bien se réfugier? Il y a du sable (noir) à perte de vue, quelques algues par-ci par là… Une vieille chaussure à droite, un petit bout de caillou à gauche… Bref, pas grand chose! Il ne reste qu’une seule option: se camoufler ou trouver une solution de secours!

Il y a ceux qui se camouflent… comme ces poissons scorpions:

Et ceux qui pensent faire assez peur pour ne pas se camoufler!

Il y a ceux qui font avec ce qu’ils trouvent…

On les appelle les pieuvres noix de coco! Ces pieuvres, à peine plus grandes qu’une main d’homme trouvent refuge dans des noix de coco ou dans des coquillages. Il n’est pas rare d’en rencontrer en train de rassembler les deux moitiés qui leur serviront d’abri un petit temps!

Et d’autres qui trouvent refuge dans le sable!

C’est le cas de la pieuvre mimétique (mimic octopus, thaumoctopus mimiques), espèce endémique de Malaisie et d’Indonésie, qui, quand elle n’essaie pas d’imiter une rascasse ou une anémone de mer, se cache sous le sable.

Et puis il y a tous les autres…

Il est bien entendu totalement impossible de mettre une photo de toutes les créatures que nous avons croisées pendant nos plongées à Lembeh. Parce que c’est bien de créatures dont nous parlons. Les fameuses « Lembeh critters » dont tout le monde parle. Cela va des nudibranches tous plus bizarres les uns que les autres au stargazer en passant par le poulpe à anneaux bleus (blue ring octopus) et notre mascotte, le magnifique poisson grenouille poilu! Ou plus officiellement nommé poisson grenouille strié (hairy frogfish).

Finalement, le détroit de Lembeh est un immense terrain de jeu

Pendant cette semaine passée à Lembeh, nous nous sommes amusés comme des gamins. Chaque plongée fut l’occasion de partir à la chasse au trésor, en scrutant ce sable noir à la recherche de la moindre petite créature. Impossible de ressortir d’une plongée sans n’avoir rien trouvé! Au fil des jours, l’oeil s’aiguise, on arrive à distinguer les yeux d’une pieuvre noix de coco ou la minuscule crevette qui s’efforce de s’accrocher à son concombre de mer ou à son oursin.

Et pour ça, pas besoin d’une bonne visibilité. Heureusement! Car à Lembeh, elle dépasse rarement les 10 mètres. Mais peu importe. Ici, c’est sur le sable qu’il faut regarder!

Pour profiter à fond des ces plongées, autant prévoir la combinaison épaisse. Pas besoin de beaucoup bouger pendant 60 minutes, et la température de l’eau ne dépassant pas les 25-26°, il vaut mieux laisser la 3 mm au fond de la valise.  Nous avons plongé une semaine en 5 mm, à raison de 3 plongées par jour. Et bien il eu des plongées où le froid arrivait à prendre le dessus! Surtout en plongée de nuit… Nous n’en avons fait qu’une, la fraîcheur de l’eau sans la chaleur du soleil a eu raison de nous.

Un vaste choix de resorts pour se loger

« Vaste », l’adjectif est peut-être un peu fort. Mais c’est une réalité. L’offre de resorts de plongée est bien développée à Lembeh. Sans s’y prendre à la toute dernière minute, on a un choix assez conséquent pour choisir l’endroit qui nous convient le mieux.

Pour ce genre de destinations hors tourisme de masse, il vaut mieux contacter les resorts directement via leur site web et ne pas réserver via les plateformes type Booking.com ou Agoda. Tout d’abord parce que beaucoup de resorts de cette région ne sont tout simplement pas référencés sur ces sites. Ensuite parce que comme pour tout en plongée, le contact humain est privilégié! Autant déjà créer un lien avant même d’arriver.

Lors de notre voyage nous avons choisi le NAD Lembeh, un petit resort très sympa, à taille humaine. Le caractère un peu taciturne des propriétaires a vite été caché derrière des plongées extraordinaires et un guide incroyable!

Alors n’hésitez plus, si vous voulez tester la muck dive, c’est à Lembeh qu’il faut aller! Retrouvez tous les détails pour préparer votre voyage à Manado (Lembeh et Bunaken) dans notre petit guide pratique.

Bonnes bulles!

Articles similaires

Laissez un commentaire, ça nous fait plaisir !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.