2

Nos cinq spots de plongée préférés à Raja Ampat

Poisson clown

On dit de Raja Ampat que c’est l’endroit au monde où l’on peut voir le plus d’espèces de poissons différentes en une seule plongée. Tout simplement.

C’est le Dr G. Allen qui, lors d’une plongée sur le récif de Cape Kri en 2012, a compté plus de 374 espèces différentes. Un record du monde pour l’heure inégalé. Séjournant à Papua Explorers Resort, tout près de ce fameux Cape Kri, nous avons eu l’occasion d’y plonger. Mais un courant à décorner un bœuf a expédié la plongée et malheureusement nous n’avons pas pu en profiter comme il fallait, et encore moins rapporter de jolies images…

A Raja Ampat, chaque spot de plongée est unique: Ransiwor et ses tortues peu farouches, Mike’s Point et son récif immergé en forme de champignon (et où Marco a réussi à se faire attaquer par un baliste titan!), ou Melissa’s Garden où nous avons vu la plus forte concentration de poissons… Le spectacle est à chaque fois magique. Mais comme nous avons plongé sur vingt sites différents en deux semaines, nous avons dû faire un choix pour sélectionner cinq spots qui nous ont particulièrement marqués.

Otdima

Notre première plongée y fut assez épique, mais pas pour la meilleure des raisons: la visibilité était assez mauvaise, et surtout, le courant assez fort nous a un peu secoués! Bref, un peu dur de profiter de sa plongée dans ces conditions. Mais comme ce spot n’est qu’à cinq minutes de bateau rapide du resort de Papua Explorers, nous sommes retournés sur ce site une seconde fois, et le spot était méconnaissable: pas un corail mou ne bougeait, tout était calme, il ne restait plus qu’à se fondre dans ce milieu sous-marin bouillonnant de vie. Nous avons passé une heure au milieu de ce jardin aquatique pétillant de couleurs, ne savant pas où regarder tant tout ce qui bougeait attirait nos regards. Lorsqu’on plonge à Otdima, impossible de louper ces poissons jaunes et noirs aux grands yeux et grosses lèvres, les gaterins (sweet lips en anglais!), qu’on trouve toujours sous le même rocher. Un peu timides, ils se laissent tout de même approcher.

Manta Sandy et Arborek

Manta Sandy. Le nom de ce site de plongée est évocateur. Manta Sandy est en effet une des « stations de nettoyage » des raies mantas qui viennent ici se faire nettoyer de toutes leurs impuretés. C’est donc ici qu’on a le plus de chances de les apercevoir. En fonction de la période de l’année, on peut également voir des raies mantas océaniques. Nous n’étions pas présents au bon moment, mais les raies mantas sédentaires ont assuré le spectacle. Nous avons plongé deux fois là bas et elles étaient présentes lors de ces deux plongées.

Afin de ne pas les déranger, une démarcation en corail à ne pas dépasser a été posée à une distance raisonnable de là où les raies passent pour se faire nettoyer. Mais l’océan étant vaste, rien n’empêche ces anges des mers à venir vous frôler pour vous donner des frissons qu’il est difficile de faire disparaître…

Au cours de la plongée, un remora est venu voir s’il adhérait mieux au néoprène qu’à la peau des raies manta! On s’est en effet retrouvés à se faire « ventouser » par ce petit poisson très énergique qui ne voulait pas nous lâcher!

A quelques minutes de Manta Sandy se trouve un charmant petit village de pêcheurs, Arborek, où la majorité des groupes de plongeurs s’arrêtent pour effectuer l’intervalle de surface entre deux plongées. Une fois la pause faite, hop, de nouveau sous l’eau!

Mioskon

Mioskon, c’est un peu un jardin dans lequel on se promène en admirant les fleurs. Sauf qu’à la place des fleurs, sous l’eau, on trouve une quantité impressionnante de coraux durs, mous, et surtout, des bénitiers géants! Jugez plutôt!

Avant d’arriver dans ce jardin de coraux et de bénitiers habités par toute une population de petits poissons multicolores, nous avons longé le côté du récif, où des bancs de poissons jaunes (lutjans à lignes bleues) ont élu résidence et évoluent en petits groupes aux formes originales.

Sardine’s Reef

Ce site de plongée fait partie des plus connus à Raja Ampat, et pour cause. En l’espace de quelques secondes, nous croisons déjà un napoléon et quelques barracudas.

Puis nous assistons à une partie de chasse où les prédateurs se montrent sans pitié. La descente se fait, comme d’habitude, tout en douceur. On s’enfonce dans le bleu de l’océan, et on voit rapidement se dessiner « la colline », le récif. Tout paraît calme, mais ce n’est qu’une apparence.

Les carangues s’apprêtent à passer à l’attaque. Elles changent de couleur, passent d’un gris brillant à un noir profond pour se faire plus discrètes, et ne passent qu’à quelques centimètres de nous. Tout d’un coup, d’un mouvement parfaitement synchronisé, toutes se ruent sur leurs proies, à une telle vitesse qu’un de nos guides se cache la tête, par réflexe. Entre deux attaques, la vie continue, et nous poursuivons notre tour. Ici, on croise une muraine qui a décidé de changer de rocher. Là, un requin à pointe blanche s’approche de nous, bien curieux.

Au bout d’une heure, malheureusement, l’ordinateur de plongée nous ordonne de remonter. Pour notre dernière plongée à Raja Ampat, Dame Nature a marqué le coup en nous offrant un de ses plus jolis spectacles. Et comme nous voulions profiter un maximum de cette plongée, nous avions laissé nos appareils photo au sec.

Mise à jour: depuis l’écriture de cet article, nous sommes retournés à Raja Ampat, à Papua Paradise puis en croisière plongée sur le MV Ambai. Nous avons même écrit un petit guide pratique pour préparer son voyage vers cette destination unique. N’hésitez pas à le consulter !

Articles similaires

Commentaires 2

    1. Malheureusement, on n’était pas tout à fait équipés en matériel nécessaire pour faire de jolis films. On espère avoir quelque chose de mieux la prochaine fois.

Laissez un commentaire, ça nous fait plaisir !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.