Sorong, unique point d’entrée à Raja Ampat

Maison de fortune sur pilotis à Sorong à Raja Ampat

Après plus de trente heures de voyage entre Genève et Sorong (pour savoir comment se rendre à Sorong : Petit Guide Pratique de Raja Ampat), nous posons enfin les pieds en Indonésie.

La taille de l’aéroport, minuscule, le bus, sans porte, qui nous amène au bâtiment qui sert de terminal, et l’unique carrousel à bagages où s’agglutinent les personnes de trois vols différents nous font réaliser que ca  y est, nous sommes en Papouasie, à Raja Ampat!

Quelques jours avant notre départ, nous avions communiqué le numéro de vol et l’horaire à notre hôtel, le Papua Explorers Resort, qui s’était chargé d’envoyer quelqu’un pour venir nous chercher à l’aéroport. C’est comme ça que nous avons fait la connaissance de Tresye, une Indonésienne adorable qui s’est très bien occupée de nous.

Bon à savoir:

Afin de rationaliser les trajets, la plupart des resorts à Raja Ampat ne viennent chercher les clients en bateau rapide à Sorong que certains jours de la semaine. Si on atterit un jour où aucun bateau rapide n’est prévu, la seule solution pour rejoindre son resort est de prendre le ferry jusqu’à Wasai (environ deux heures de trajet), et le bateau du resort vient nous chercher là bas.  En fonction des jours, il y a un ou deux départs de ferry le matin, depuis Sorong. On a trouvé une mine d’informations très utiles sur le site Stay Raja Ampat (en anglais).

Les jours de transferts organisés par Papua Explorers Resort sont les dimanches et jeudis depuis Sorong, et les dimanches et mercredi depuis le resort. Mais les horaires de nos vols et le jour de notre départ ne collaient pas pour pouvoir prendre le transfert organisé. Arrivés un lundi, nous avons dû prendre le ferry.

Normalement, les départs sont à midi. Nous sommes arrivés à 06h15 du matin… L’optique de devoir encore attendre six heures après tant d’heures de trajet n’était pas très réjouissante. Heureusement, le lundi fait partie de ces jours où il y a un autre départ, à 09h00 celui-ci. Ouf!

Comme nous avions un peu de temps devant nous, Tresye nous a emmené dans un hôtel prendre un petit déjeuner. Visiblement tous les resorts le font, et ont chacun leur hôtel « attitré ». C’est un peu leur point de chute où ils amènent les clients lorsque ceux-ci doivent attendre le ferry, ou l’avion au retour.

Après un court trajet en voiture à travers Sorong, qui ne nous a pas laissé un souvenir impérissable, nous nous sommes donc rendus au ferry. Le ferry n’a rien d’une attraction pour touristes à Sorong, c’est un des moyens de transport pour les locaux, qui peuvent se rendre sur d’autres îles après avoir acheté certains produits en ville. Nous avons donc fait un peu tâche, Marco et moi, les deux seuls étrangers à plusieurs kilomètres à la ronde, avec nos deux valises de 25 kilos chacun, à monter les marches du ferry tant bien que mal.

Comme nous avions arrangé le transfert avec Papua Explorers (contre un supplément assez cher payé il faut l’avouer), nous avions un ticket « VIP » qui permet de voyager dans la seule salle climatisée du ferry. On s’attendait donc à passer deux heures de trajet au frais, au calme. Mais en poussant la porte, nous avons eu un tout autre spectacle…

Aucune photo ou vidéo ne pourra illustrer ce moment où nous sommes entrés dans cette salle toute sombre, les rideaux tirés, la musique ultra forte, et des gens chantant à tue-tête des chansons indonésiennes en karaoké… Une scène complètement surréaliste. Après quasi deux jours de voyage, j’avoue qu’on s’est un peu senti craquer. Heureusement, nous étions tellement fatigués qu’une fois assis, nous nous sommes rapidement endormis (merci les bouchons d’oreilles, pas seulement pratique dans l’avion!).

Nous avons mis deux heures et demi pour faire la traversée jusqu’à Wasai, où une autre employée du Resort, Putri, nous a accueilli chaleureusement, et nous a remis nos badges du parc national de Raja Ampat, et nous a amené vers le bateau du resort. Encore quarante-cinq minutes de trajet avant d’arriver ENFIN à destination.

Mais ça y est. Nous sommes à l’air libre, sans karaoké, sans odeur d’essence, au milieu des îles qui semblent voler au-dessus de l’eau. Et on oublie tout : la fatigue, les habits qu’on porte depuis trop longtemps, les chaussures qu’on a encore aux pieds… A ce moment là, au milieu de ces îles qui font de Raja Ampat un endroit unique au monde, nous ignorions encore que nous allions passer les plus belles vacances de nos vies

Articles similaires

Laissez un commentaire, ça nous fait plaisir !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.