Petit ou grand volume: comment bien choisir son masque de plongée

Conseils pour choisir son masque de plongée

Choisir son masque de plongée fait partie des premiers achats dans la vie d’un plongeur, avec les palmes et le tuba.  Dans le commerce, il y en a pour tous les goûts. Cependant, même si cela fait toujours plaisir d’acheter un masque avec le design, la forme ou la couleur qui nous plaît, il faut avant tout un masque adapté à son activité et à son visage.

Découvrez aussi nos conseils pour l’achat de vos palmes, de votre gilet stabilisateur et de votre combinaison de plongée.

Le masque, un espace aérien à équilibrer au même titre que les oreilles et les sinus

Si vous êtes certifiés PADI Open Water Diver, vous savez qu’en plongée, nous devons équilibrer trois espaces aériens au cours de la descente: les oreilles, les sinus, et le masque.

Si on équilibre pas le masque lors de notre descente, en plus de s’assurer une jolie marque tatouée sur le visage pour quelques heures, on peut également avoir un coup de ventouse: le masque se plaque tellement fort sur le visage que cela en devient très douloureux et des lésions autour des yeux peuvent apparaître. C’est pour cela qu’il est indispensable d’équilibrer son masque en soufflant doucement dès le début et au fur et à mesure de la descente.


Vous faites de l’apnée? Choisissez un masque au petit volume

Souffler dans le masque, même doucement, requiert de l’air. C’est physique.

Lorsqu’on plonge en apnée, l’air devient plus que précieux. Il est impossible d’éviter les lois de la physique et de ne pas subir la pression. En revanche, il est possible d’optimiser l’air qu’on utilise pour équilibrer nos espaces aériens (et donc notre masque): en optant pour un masque petit volume.

Petit volume signifie moins besoin d’air pour équilibrer et donc, plus d’air dans les poumons ?

Vous êtes plongeur bouteille? Vous avez le choix!

Plus le masque est proche du visage, plus le champ de vision sera large. Certains masques grand volume, comme le Scubapro Crystal Vu disposent de vitres « latérales », qui ont pour but justement d’élargir le champ de vision. Nous avons ce masque depuis plusieurs années et pour nous le champ de vision n’est pas forcément élargi. Il est même plutôt déformé! L’avantage de ces vitres latérales, c’est qu’on voit arriver les autres plongeurs ou poissons plus tôt qu’avec un autre masque! Mais ce n’est pas pour nous un avantage de poids.

Il existe une grande gamme de masques pour la plongée qui répond à peu près à tous les goûts. Les grandes marques de la plongée sous-marine (Aqualung, Scubapro, Mares, Cressi…) rivalisent d’imagination et de technologies pour faire du masque un équipement « fashion » que le plongeur pourra assortir avec le reste de son matériel, en plus d’un équipement performant et confortable.

A vous donc de faire votre choix selon vos goûts. En plus de la couleur de la monture, vous pourrez également choisir la couleur du silicone, noire ou transparente. Le noir a plusieurs avantages: il ne jaunit pas (contrairement au silicone transparent), il absorbe la lumière et donc limite les réflexions et surtout, il cache la malheureuse petite chose qui a pu sortir de votre nez lors de vos nombreux équilibrages durant la plongée. Faites nous confiance, le moment où la palanquée sort de l’eau et où le petit singe coincé entre le nez et la jupe transparente du masque fait son apparition sans que personne n’ose dire quoique ce soit, on connaît!

Comment être sûr que le masque est à la bonne taille?

Posez le masque sur votre visage (en ayant pris soin de dégager vos cheveux Mesdames). Inspirez doucement par le nez. Le tour du masque (la jupe) doit rester collé sur le visage sans avoir besoin de le tenir.

Concentrez vous sur les points de contact du masque avec votre visage. La partie du nez ne doit pas appuyez sur le bas du front ou sur le bas de votre nez.

Le confort est tout aussi important que l’ajustement du masque par rapport à votre visage. Il n’y a rien de plus frustrant de voir ses plongées gâchées par un masque qui fait mal au nez. J’en ai fait l’amère expérience lors de notre dernier voyage à Bunaken. Mon masque personnel ayant une fuite (sans doute une mauvaise manip’ lors du transfert du matériel d’un bateau à un autre), j’ai le temps d’une journée pris un masque de location proposé par le resort dans lequel nous étions. Le constat fut sans appel: le masque m’a appuyé en permanence sur le bas du nez, c’était encore plus pénible que de vider mon masque toutes les 2 minutes à cause de la fuite!

Il est donc très important de ne pas prendre l’achat d’un masque à la légère et de demander l’avis du spécialiste chez lequel vous achetez le masque si vous avez des doutes.

Astuce avant d’utiliser son masque pour la première fois

Les masques neufs possèdent sur la vitre interne un revêtement qu’il faut absolument enlever avant leur première utilisation (sous peine d’avoir de la buée en permanence).

Si vous achetez votre masque chez un professionnel de la plongée (ce que nous vous conseillons fortement), demandez lui de vous « brûler » l’intérieur du masque. Le professionnel approchera une flamme de la vitre pour ôter le revêtement.

Si vous achetez votre masque dans une grande surface spécialisée, recouvrez la vitre intérieure du masque avec du dentifrice en frottant bien, laissez poser toute la nuit et rincez bien le lendemain matin.

Dans tous les cas, assurez vous que le masque que vous achetez a été spécialement conçu pour la plongée bouteille (ou apnée, selon votre activité). Evitez à tout prix le masque vendu avec le tuba et les palmes pour trois francs six sous, dirigez vous vers les marques spécialisées!

En espérant que ces conseils vous ont aidé à choisir votre masque, nous vous souhaitons de faire de bonnes bulles!

Articles similaires

Laissez un commentaire, ça nous fait plaisir !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.